Une lettre d’un bénévole écrite au lendemain de la manifestation de 2017

Ça y est c’est fini, enfin presque.
Pour moi c’est terminé, pour tous les autres, ça dure encore !
Il a fallu des mois de préparation pour négocier les emplacements auprès des exploitants.
Il a fallu trouver des intervenants en tout genre pour la fourniture qui de l’électricité, qui des sanitaires qui des buvettes et autres tentes et barnums ; sans oublier les plots en béton vigilance oblige !
Il a fallu de l’investissement. Il en faut aussi des barrières, de la sono, de la publicité avant et pendant, de la vaisselle aussi et même en carton je prends, de la nourriture pour les intervenants et d’ailleurs merci pour le plateau de fromage, la boisson et la préparation en cuisine.
Il a fallu aussi du matériel pour la cuisine, pour le froid, pour s’assoir pour s’attabler pour s’abriter, pour surveiller se parler et s’entendre, se déplacer aussi, pour compter, archiver, livrer, offrir et vendre.
Pour tout cela il a fallu des sponsors.
Il faut aussi de la sécurité, des pompiers, des forces de l’ordre, des autorisations, des contrôles, de l’assurance et de la surveillance.
Il a donc fallu respecter les normes.
Et avec tout ça il faut des bonnes volontés, de la présence, du don de soi, de la bonne humeur et des humeurs aussi, des coups de gueules et des mises au points. De la convivialité, de la chaleur humaine des habitudes des découvertes, des jeunes et des moins jeunes.
Il a donc fallu des bénévoles.
Et pour organiser, gérer, préparer, définir, demander, obtenir, se conformer, se déplacer, proposer , rectifier , faire et refaire, soumettre, suggérer, trancher, accepter et transiger et j’en oublie certainement, il en a fallu des nuits blanches des tours et des contours, des aller et des retour, des joies et des désillusions, des enfin et des pas encore, des peut être et des jamais.
Il a fallu de l’opiniâtreté enfin avec de l’envie, de la volonté et tout cela bien chevillé au corps.
Cela vous semble trop ?
Mais ce n’est que le début, car en plus des bénévoles, des sponsors, de l’investissement, du matériel, des autorisations et de l’opiniâtreté, il faut une bonne date du beau temps, des exposants et surtout des visiteurs.
Il y a eu tout cela, La parade costumée du samedi et le dimanche : des voitures anciennes, des engins militaires, des camions, des tracteurs et des grues, des exposants, des animations et des animateurs, des visitant et des visiteurs à pieds, en moderne et en anciennes aussi, sur deux trois ou quatre roues, seul ou en groupe, en famille ou entre amis.
De partout ils sont venus ils ont vus et sont repartis, quelques gouttes de pluie, du soleil et le tirage de la tombola, des remerciements et c’est le moment du départ.
On remballe, on tri, on classe et on compte, puis un dernier verre et on rentre avec des achats pour certain, des images pour d’autre, une bonne journée pour tous.
Voilà c’est fini, enfin presque.
Maintenant il faut libérer les lieux, nettoyer, faire repartir les voitures, les exposants, les engins, les tracteurs et les camions, défaire les tentes, les stands, les barnums, la vaisselle, les WC, enlever les plots et les barrières, la sono, les invendus enfin remettre le site en état avant de faire les comptes.
Alors pour tout çà, merci aux bénévoles, aux visiteurs, aux sponsors, aux intervenants, aux autorités, aux membres du club organisateur et surtout merci à Germain et Marie Claire.
Vivement la dixième édition….