Rassemblement du 3 mars

Un peu moins de participation  pour ce premier dimanche de mars, la météo  n’était pas favorable ,mais la convivialité était toujours présente avec un petit café et une chouquette offert à chaque participant , dans la bonne humeur.

 

 

Le véhicule du mois de Mars

C’est une Citroën DS super option boite 5 ,11 cv de 1972 qui  pour ce mois de mars a attiré mon attention.

Des souvenirs de jeunesse certainement à une époque où nous descendions sur la cote d’azur (en 2 jours) avec le confort au combien moelleux de sa suspension.

Propriété de Michel DUMAGE, notre responsable de l’intendance  au sein des rétros du plateau. Il  a acquit ce modèle  il y a plus de 10 ans en allant la chercher à Agen.

 

La DS, et sa déclinaison simplifiée la Citroën ID, est commercialisée par Citroën entre 1955 et 1975, tout d’abord en berline puis en break et cabriolet. Le « D » vient probablement de l’usage du moteur le plus récent alors de Citroën, le « moteur série D », qui équipait la Traction 11 D jusqu’en juillet 1957. L’ID et la DS reprennent le même principe de la traction, qui a fait la renommée de Citroën.

Dessinée par le sculpteur et designer italien Flaminio Bertoni en collaboration avec André Lefebvre, ingénieur issu de l’aéronautique, et l’ingénieur hydraulicien Paul Magès[2],[3], cette automobile est révolutionnaire par bien des aspects. À l’origine, son long capot est prévu pour accueillir un moteur 6-cylindres, mais tant le 6-cylindres en ligne de la 15, que celui à plat, ne purent être adoptés, pour cause de mise au point non aboutie et d’encombrement car ce moteur ‘pénétrait’ dans l’habitacle. Son nom de code est « VGD » (Véhicule de grande diffusion[4]), la conception du projet étant lancée par le PDG de Citroën Pierre-Jules Boulanger puis son successeur Pierre Bercot[5]. Elle est le point de mire du salon de l’automobile en 1955[6]. Elle est dotée d’une ligne extrêmement audacieuse, qualifiée même de révolutionnaire, et d’un confort intérieur remarquable grâce à sa suspension hydropneumatique propre à la marque jusqu’en mai 2017. La DS comporte également de nombreuses innovations techniques qui la démarquent du monde de l’automobile de son époque en Europe : direction assistée, boîte de vitesses assistée à commande hydraulique, freinage assisté par des freins à disque à l’avant, pivot de direction dans l’axe des roues et, à partir de septembre 1967, phares pivotants, puis, de septembre 1969, introduction de l’électronique (moteur à injection). Innovation de sécurité importante : le volant de direction monobranche, copié sur la Humber Humberette de 1903 et conçu pour éviter de briser la cage thoracique du conducteur en cas de choc frontal violent. Sur le tachymètre des DS 21 présentées en septembre 1965 seront également rappelées les distances de freinage associées aux principales vitesses sur route.

La DS est vite adoptée par les cadres supérieurs et les notables puis par les vedettes et les élus de la République, jusqu’au général de Gaulle qui en fait la voiture officielle de la présidence (elle lui sauvera la vie au cours de l’attentat du Petit-Clamart).

En 1999, la DS est récompensée en arrivant en troisième position du concours international Voiture du siècle derrière la Ford Model T et la Mini. Cette même année, elle est nommée « plus belle voiture de tous les temps » par le magazine britannique Classic & Sports Car (en).

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Citro%C3%ABn_DS